Article

Partagez si vous avez aimé

Surpoids et grossesse : conseils pour la prévention des risques

A pregnant woman eats a sweet donut. Selective focus.

 

Avertissement : la lecture de cet article ne vous dispense pas de consulter votre médecin généraliste ou spécialiste concernant les questions abordées.

Que vous soyez une future maman cherchant des réponses ou un professionnel de la santé travaillant avec des femmes enceintes, cet article évoquant surpoids et grossesse vous fournira des informations précieuses.  Les informations qu’il contient vous aideront à comprendre et gérer les difficultés de sommeil liées au surpoids pendant la grossesse.

La grossesse est une période de grands bouleversements. Ceux-ci peuvent être physiologiques et/ou émotionnels. Le surpoids vient souvent rajouter une couche supplémentaire qui peut donner lieu à des complications. Nous verrons qu’il est essentiel d’examiner l’impact du surpoids sur un aspect très important de la santé : le sommeil.

Distinguer surpoids et obésité pendant la grossesse : les chiffres chez les futures mamans

Surpoids et troubles du sommeil durant la grossesse : que disent les spécialistes ? 

Les professionnels de la santé font souvent le lien entre surpoids et troubles du sommeil chez les femmes enceintes. Est-ce à juste titre vous concernant ? Votre médecin du sommeil pourra vous le confirmer. 

Les futures mamans en surpoids peuvent rencontrer toutes sortes de difficultés durant les phases du sommeil. Parmi elles on retrouve : 

  • Les ronflements
  • Les apnées du sommeil
  • L’insomnie
  • Le syndrome des jambes sans repos.

Le surpoids peut aggraver les troubles du sommeil. Les conséquences néfastes potentielles pour la santé maternelle et fœtale doivent donc être considérées avec parcimonie. 

Surpoids vs obésité pendant la grossesse

Le surpoids et l’obésité chez la future maman présentent des différences importantes. Toutefois, ils partagent des risques similaires en termes de complications materno-fœtales. Nous savons que la proportion de femmes en surpoids ou en obésité avant la grossesse a augmenté. C’est la raison pour laquelle l’exercice physique régulier et adapté est recommandé durant les 9 mois de grossesse. 

L’obésité maternelle est associée à un risque de plus en plus grand de complications, notamment le diabète gestationnel et l’hypertension artérielle. Chez le bébé à naître, une prise de poids excessive pendant la grossesse est liée à un risque de poids de naissance élevé. En grandissant, l’enfant peut également être en surpoids.

Prise en charge en cas d’obésité

J’ai bien conscience que la perte de poids peut être difficile à réaliser. C’est pourquoi j’oriente mes patientes vers un.e spécialiste lorsque cela s’avère nécessaire. Celui-ci/celle-ci vous aidera à gérer les fringales… même si elles sont normales. 

Le suivi des femmes enceintes en situation d’obésité se fait lors d’entretiens prénataux précoces. Cela nécessite une approche multidisciplinaire comprenant des professionnels de la santé tels que : 

  • Des médecins généralistes
  • Des gynécologues
  • Des spécialistes de l’obésité
  • Des diététiciens
  • Des psychologues
  • Des sages-femmes. 

Rôle du futur papa dans la perte de poids

Quand c’est possible, je recommande d’envisager une perte de poids avant même la conception. C’est particulièrement le cas lors d’une obésité sévère. 

Ma recommandation ultime aux femmes enceintes est de tenter de ne pas prendre plus de poids qu’il n’en faut. Je dirais que si vous avez autant envie de crèmes glacées que de fraises, mieux vaut céder à la tentation des fraises. Ou alors consommez des sorbets faits maison par le futur papa qui seront moins sucrés. Que pensez-vous de l’idée ?

L’avis de la FIGO (Fédération Internationale des Gynécologues-Obstétriciens) 

Recommandations de la FIGO

La FIGO s’est prononcée sur la question du surpoids et de l’obésité chez la femme enceinte. Elle a notamment repris les recommandations de l’Institute of Medicine (IOM). 

Celles-ci portent sur la gestion du poids avant, pendant et après la grossesse. L’implication des gynécologues-obstétriciens dans la perte de poids prend dès lors toute son importance. Elle permet d’améliorer la santé maternelle et fœtale. 

Les professionnels de la santé impliqués dans le suivi de la grossesse veilleront à examiner avant tout la prise de poids. Celle-ci devra être observée en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC) avant la conception. 

La FIGO préconise une prise de poids de 11 à 16 kg chez la femme enceinte ayant un IMC moyen avant la grossesse. Par contre, elle recommande que celle-ci ne dépasse pas les 7 à 11 kg chez la femme en surpoids et 5 à 9 kg maximum chez la femme en obésité. 

Mise en évidence des risques liés à l’obésité

L’obésité est particulièrement associée à un risque élevé de complications maternelles telles que le diabète gestationnel et l’hypertension artérielle.

La FIGO précise également que la prise de poids excessive a un impact non négligeable sur la fertilité de la femme. De là à dire que cette préoccupation est une question de santé publique, il n’y a qu’un pas. 

La perte de poids étant difficile à obtenir seule, la future maman veillera à s’entourer d’un médecin nutritionniste (ou d’une diététiticienne) mais aussi d’une psychologue. Cette dernière travaillera avec elle les aspects motivationnels que cela engendre.

Conséquences du surpoids et de l’obésité pendant la grossesse pour la maman et pour le bébé

Augmentation des risques pour la mère

Parmi les risques présents chez la femme enceinte, on retrouve les suivants :

  • Complications obstétricales : diabète gestationnel, hypertension artérielle et prééclampsie.
  • Thrombose veineuse profonde (caillot sanguin) et embolie pulmonaire.
  • Césarienne et complications chirurgicales associées.
  • Dépression post-partum.
  • Difficultés respiratoires pendant la grossesse et le travail 
  • Apnée du sommeil.

Vous l’aurez compris : cette dernière conséquence  nous intéresse particulièrement. N’hésitez donc pas à consulter un médecin spécialiste du sommeil afin qu’il prévoie un test de sommeil. Un traitement adapté pourra s’envisager si celui-ci donne des résultats positifs.

Pour en savoir plus, lisez également mon article sur l’insomnie durant la grossesse.

Risques accrus pour le bébé

Et pour le petit à naître, voici les risques que les gynécologues-obstétriciens soulèvent le plus :

  • Macrosomie (naissance d’un bébé de poids supérieur à la moyenne).
  • Malformations congénitales (faible risque).
  • En cas de prééclampsie chez la mère : accouchement prématuré ou restriction de la croissance fœtale.
  • Troubles respiratoires et problèmes métaboliques tels que le syndrome de détresse respiratoire et l’hypoglycémie.

A noter que la macrosomie peut entraîner des complications pendant l’accouchement. Celles-ci sont à prévoir dans le plan de naissance. En fonction de la largeur de la tête du bébé et celle du bassin de la future maman, une césarienne pourra être envisagée et/ou programmée.

Ne pas paniquer avant de consulter

Si vous lisez attentivement cet article et que vous êtes concernée, ne paniquez pas trop vite. Sachez que toutes les femmes en surpoids ou obèses ne rencontreront pas nécessairement ces complications. 

De nombreux facteurs tels que la gestion de la santé pendant la grossesse peuvent influer sur les résultats. Dans tous les cas, les femmes en surpoids ou en obésité reçoivent une surveillance et des soins appropriés pendant la grossesse. Cela afin de réduire les risques pour elles-mêmes et pour leur bébé.

A quel moment de la grossesse mettre en place un rééquilibrage alimentaire ?

Avant même la conception

L’idéal serait qu’un rééquilibrage alimentaire puisse être mis en place avant même la conception. Cela est surtout valable pour les femmes en surpoids ou en obésité. Autant que faire se peut, créez un environnement corporel plus favorable à la conception et à une grossesse en bonne santé.

En début de grossesse

Si cela n’a pas été possible avant la conception, il est recommandé de commencer le rééquilibrage alimentaire dès que la grossesse est confirmée. Les premiers stades de la gestation sont cruciaux pour le développement du fœtus. 

Une alimentation saine peut avoir un impact significatif sur la croissance et le développement dès le stade embryonnaire. On veillera également à adapter les doses d’acide folique et de vitamine D en fonction des carences observées. 

Rôle de la diététicienne

Dans tous les cas, chaque femme enceinte devrait consulter plusieurs professionnels de la santé afin d’obtenir des conseils personnalisés sur la nutrition pendant la grossesse. On pense bien sûr au médecin généraliste, au gynécologue-obstétricien, à la sage-femme mais aussi à une diététicienne. Cette dernière peut aider à élaborer un plan alimentaire adapté aux besoins spécifiques de chaque femme enceinte. 

Le médecin nutritionniste tiendra d’abord compte de l’état de santé, du poids et des antécédents médicaux. Bien entendu, il inclura les préférences alimentaires de la future maman dans un régime adapté. 

L’importance de soutenir la femme enceinte en surpoids

Vous l’aurez compris : le poids est intimement lié au bien-être. Chez la femme enceinte, il est correlé avec l’alimentation mais aussi avec le sommeil. En effet, plus l’alimentation est équilibrée, plus la qualité du sommeil s’en ressentira. 

Quelles que soient ces considérations, ne perdons pas de vue que l’essentiel pour avoir un bon sommeil reste l’épanouissement de la femme enceinte. Mais surveiller son poids et son alimentation n’est pas tout pour apprendre à avoir un sommeil de qualité durant la gestation. Encore faudra-t-il que l’heureuse future maman trouve du soutien dans son entourage. 

Si elle présente un surpoids ou une obésité, même morbide, il n’est pas question de le lui reprocher. Car cela risquerait de compromettre le déroulement de la grossesse. 

Ne l’oublions pas : le stress reste le plus grand ennemi de la femme qui doit faire le difficile travail de mener à bien une grossesse. D’où l’importance de travailler avec un.e psychologue ou médecin formé à la psychothérapie. 

A ce propos, consultez notre article sur la thérapie comportementale et cognitive pour traiter l’insomnie.

La qualité d’écoute des professionnels qui accompagnent les futures mamans est aussi primordiale. La question du sommeil doit être posée à chacune d’entre elles. Les sages-femmes, les psychologues comme les gynécologues et les obstétriciens veilleront particulièrement à la qualité du sommeil pendant la grossesse. Surtout lorsque la femme est en surpoids ou en obésité. 

Sans pour autant culpabiliser celle-ci en cas de difficulté, cela va de soi. Le but ultime étant que la maman puisse dormir… comme un bébé !

Sources

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov

https://www.figo.org/fr

https://www.gynecologie-pratique.com/journal/article/007090-obesite-grossesse-quels-conseils-nutritionnels-en-2023

Partagez :
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
2024 © Doctosom

Contactez-nous

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x